Carnet de Voyage – De Pignans à Ponts

Salut les amis 👋

Nous nous trouvons actuellement au bord d’un beau lac Ă  Ponts, dans le Nord de l’Espagne đŸ‡Ș🇾

Contrairement Ă  ce que j’avais imaginĂ©, je n’ai pas encore beaucoup de photos ou de vidĂ©os de paysages Ă©poustouflants Ă  vous partager car la vie en a dĂ©cidĂ© autrement pour nos premiers jours de roadtrip. Je vous propose donc de rembobiner pour vous faire part de ce qu’il s’est passĂ© derniĂšrement ! 

Voici quelques notes personnelles que je vous partagerai rĂ©guliĂšrement, comme un journal de bord ou un Carnet de voyage 🙂 

J’espùre qu’elles vous plairont. 

Jour 1 – 09/05 : Le grand dĂ©part. 

Salut Jones, (le nom imaginaire que je donne à mon carnet). 

Aujourd’hui, c’est notre premier jour de voyage en van. Je me sens Ă  la fois excitĂ©e, un retour en enfance d’aventures et de voyage, et aussi un peu stressĂ©e. AprĂšs tout, c’est un nouveau projet et je n’ai encore jamais expĂ©rimentĂ© la vie en van Ă  temps plein. 

Pour autant, je me sens aussi prĂȘte pour ce voyage, alignĂ©e, sereine. Cela fait longtemps que nous nous y prĂ©parons avec Jim. Nous sommes actuellement dans un petit village nommĂ© Montpeyroux, un peu aprĂšs Montpellier. TrĂšs charmant, il y a un peu de vent ce soir, on peut sentir le van bouger, on dirait presque un soir d’automne. 

Jour 2 – 10/05 : RĂȘver grand. 

Salut Jones, premiĂšre nuit dans le van : pluies. Mais j’ai rĂ©ussi avec les boules quies Ă  bien dormir tout de mĂȘme. Nous avons pris la route avec Jim tĂŽt le matin pour fuir la pluie. Petit arrĂȘt Ă  une boulangerie sur la route, histoire de savourer un pain au chocolat, puis direction Perpignan. Nous devons passer nos tests PCR pour franchir la frontiĂšre de l’Espagne, et j’ai aussi une rĂ©union de travail ce matin, donc nous devons nous arrĂȘter dans un endroit posĂ© et calme de prĂ©fĂ©rence. 

Le mood aujourd’hui ? C’est ok. Nous avons parlĂ© hier de nos aspirations et de nos peurs avec Jim, pour l’avenir. Est-ce que l’on va aimer ce genre de vies ? Est-ce que l’on va aimer vivre dans un appartement ou une maison plus tard ? OĂč est-ce que l’on souhaiterait s’installer ? Tant de questions auxquelles nous n’avons pas encore les rĂ©ponses
 Je cherche des moyens pour avoir des rentrĂ©es d’argents rĂ©guliĂšres, et me permettre de pouvoir toujours avoir une base de sĂ©curitĂ© (projets en cours). 

Je n’ose pas souvent rĂȘver pas “en grand”, peut-ĂȘtre la maniĂšre dont j’ai Ă©tĂ© Ă©duquĂ©, avec beaucoup de prudence et aussi ma difficultĂ© Ă  prendre des dĂ©cisions (cela fait partie de ma personnalitĂ©, et le fait d’ĂȘtre Balance en signe astrologique 😉 ). 

Mais pourtant, cela fait un bien fou de temps en temps de se projeter en grand, d’imaginer tous ses rĂȘves les plus fous se rĂ©aliser, on nous a toujours appris Ă  rester bien ancrĂ© dans la rĂ©alitĂ©. Pourtant, sans rĂȘves, on n’avance pas trĂšs loin
 Rien ne nous porte. 

Comme dirait Oscar Wilde, “Il faut toujours viser la lune, car mĂȘme en cas d’échec, on atterrit dans les Ă©toiles”. 

Du coup, mon intention de la semaine est la suivante : rĂȘver grand, et me recentrer sur ce qui me fait vibrer, contempler et remercier. 

_

Hey Jones, il est temps d’aller dormir. La journĂ©e ne fĂ»t pas de tout repos avec Jim, nous avons roulĂ© jusqu’à Prades, un petit village aux portes des PyrĂ©nĂ©es, trĂšs joli spot avec une petite riviĂšre pour nous bercer. J’y ai fait un peu de yoga et nous avons rencontrĂ© deux hommes qui jouaient Ă  la pĂ©tanque. Petite blague du jour : 

“ Vous venez d’oĂč ? “
“Du var !”
“Et nous, on vient du bar !”

Voilà. 

Ce soir : crĂȘpes jambon-fromage (oui, cela ne ressemble pas trop Ă  un menu de Mai, mais le climat ne s’y prĂȘte pas vraiment). 

Prades Village France

Jour 3 – 11/05 : Du coton-tige à la panne. 

Hello Jones. Nous sommes allĂ©s faire le test PCR Ă  Prades ce matin. Le village Ă©tait charmant, le coton tige un peu moins. Nous sommes ensuite partis sur les routes montagneuses des PyrĂ©nĂ©es en dĂ©but d’aprĂšs-midi.

Puis
Il a commencĂ© Ă  neiger ! En mai, tout va bien. On s’est donc arrĂȘtĂ© Ă  Mont Louis pour manger car tout Ă©tait fermĂ©, tristesse. Nous nous sommes finalement retrouvĂ© dans l’aprĂšs-midi Ă  Saillagousse, un petit village vraiment pas loin de la frontiĂšre Espagnole, et nous y sommes restĂ©s
 

Car Bill a eu un problĂšme, le roulement de roue s’est cassĂ©, et la roue avant gauche s’est carrĂ©ment bloquĂ©e ! On ne pouvait plus avancer du tout ! Heureusement, et par chance, nous Ă©tions Ă  cĂŽtĂ© d’un garagiste (incroyable), qui a pu donc commander la nouvelle piĂšce pour le lendemain et faire les rĂ©parations. Nous avons Ă©tĂ© trĂšs chanceux ! 

Van breakdown

Pour la petite histoire, Jim avait changĂ© le cardan peu avant notre dĂ©part car il Ă©tait dĂ©faillant. Nous espĂ©rions donc que le problĂšme n’était pas liĂ© Ă  ce changement. 

Du coup, nous voilà à passer la nuit du troisiÚme jour sur le parking de Terryl le garagiste ! Sympa comme décor et ambiance pour la pleine lune !

Nous sommes quand mĂȘme allĂ© visiter le village pour se changer les idĂ©es, et nous avons Ă©tĂ© poursuivi par un cygne ! Impressionnant quand ils veulent protĂ©ger leurs petits, ils sont tout Ă  coup beaucoup moins sympathiques. Nous avons profitĂ© des derniĂšres heures de soleil qui caressaient le bout de notre nez, assis sur un banc, Ă  la place du village, comme un couple de petits vieux, apprĂ©ciant le moment prĂ©sent. 

Village Saillagouse Pyrenees

Le soir mĂȘme, j’ai suivi une confĂ©rence ultra-intĂ©ressante pour me rĂ©conforter sur le thĂšme “motivĂ© et organisĂ©â€, qui portait sur l’aspect neuroscientifique et la maniĂšre dont notre cerveau fonctionne notamment lorsqu’il s’agit de faire des choses, des listes, etc
 

Il se trouve que nous avons deux hĂ©misphĂšres : gauche et droit, et qu’ils comptent beaucoup dans la maniĂšre dont nous prenons des dĂ©cisions ! 

L’hĂ©misphĂšre gauche sera celui du rationnel, du logique, du linĂ©aire pour rĂ©sumer.
L’hĂ©misphĂšre droit sera celui de l’imaginaire, du crĂ©atif, du rĂȘveur. 

Pensez Ă  l’exercice du mĂ©nage : comment le faites-vous ? Un hĂ©misphĂšre gauche aura tendance Ă  ĂȘtre trĂšs organisĂ©, et faire une piĂšce aprĂšs l’autre. Un hĂ©misphĂšre droit aura tendance Ă  passer d’une piĂšce Ă  l’autre, en fonction de ce qu’il aura oubliĂ© dans la premiĂšre piĂšce par exemple
 

Bon, je crois que je suis plutĂŽt hĂ©misphĂšre droit, mais finalement, l’hĂ©misphĂšre gauche me drive Ă©normĂ©ment en fonction de la situation. J’ai toujours eu un cĂŽtĂ© rĂȘveur, la tĂȘte dans les nuages, mais je sais aussi ĂȘtre trĂšs rationnelle quand il le faut. 

Jim lui, est trÚs hémisphÚre gauche ! On se complÚte du coup.

Conclusion, la leçon du soir : pour Ă©viter la corvĂ©e des To Do list, ne mettez sur ces listes que ce qui est urgent et important. Si c’est non urgent, mais important, planifiez dans ce cas sur la semaine les actions. Si c’est urgent, mais non important, dĂ©lĂ©guez ! Et si c’est non urgent, non important, alors, vous savez ! 

Aussi, lĂąchez-vous la grappe et retirez de votre vocabulaire les “il faut” et “je dois”. Stop dĂšs que ce genre de pensĂ©es vous traverse ! Il faut
 Quoi ? Devez-vous vraiment ? Ça vous parle ou non ? Allez-vous vers ce qui vous correspond ? Bref, appuyez un instant sur pause pour vous recentrer. 

PS : nous avons pris notre premiĂšre douche hier, ĂŽ joie ! Je me suis rendue compte que la douche Ă©tait finalement un moment privilĂ©giĂ© Ă  son corps, pour se relier Ă  celui-ci. On n’a pas vraiment d’autres moments dans la journĂ©e oĂč on le fait. D’oĂč l’importance de ce moment rituel ! 

Jour 4 – 12/05 : Bienvenido ! 

Hello Jones, 

Le garagiste Terryl a terminĂ© les rĂ©parations ! Bill est prĂȘt Ă  repartir et nous avons reçu les rĂ©sultats des tests PCR : nĂ©gatifs ! Ce jeune homme Ă©tait assez incroyable, nous avons eu de la chance d’ĂȘtre tombĂ©s sur lui. A 25 ans, il vient de lancer son garage et a vraiment Ă©tĂ© d’une aide prĂ©cieuse. Il nous a aussi conseillĂ© sur des endroits oĂč se rendre en Espagne, Las Negras notamment, tout au sud. Ainsi qu’un petit village oĂč ils tournent des films de cow-boys ! 

Nous nous apprĂȘtons Ă  franchir la frontiĂšre
 L’excitation est Ă  son comble ! Nous chantons et crions de joie une fois que nous dĂ©passons le panneau “Espagne” ! Ça y est, nous y sommes ! Nous nous empressons de nous rendre dans un restaurant afin de pouvoir apprĂ©cier les joies simples de la vie : une biĂšre et des tapas ! 

Spain border 1

Nous ne faisons que sourire, et la biĂšre nous monte vite Ă  la tĂȘte, nous devons avoir l’air de ravis dans ce restaurant ou nous sommes les seuls Ă©trangers. 

Nous reprenons la route dans l’aprĂšs-midi, mais les mĂ©saventures continuent avec Bill

Bien que le garagiste ait fait les rĂ©parations, la roue reste trĂšs chaude ! Et cela inquiĂšte quelque peu Jim. Terryl nous avait mis en garde sur le fait que nous devions aussi changer le moyeu et la fusĂ©e qui avaient Ă©tĂ© endommagĂ© lors de l’épisode du roulement de roue. 

Du coup, obligĂ©s de s’arrĂȘter, dans un petit village non loin de la frontiĂšre, prĂ©nommĂ© OrganyĂ . 

Les Ă©motions et sentiments se mĂ©langent : frustration, Ă©nervement, inquiĂ©tude
 Pourquoi cela arrive maintenant ? Nos avis divergent avec Jim : il souhaite plutĂŽt trouver un garagiste en Espagne et acheter la piĂšce manquante dans une casse automobile espagnole ; et je suis d’avis de retourner en France, tant que nous sommes encore proches pour pouvoir effectuer tous ces changements pour la simple et bonne raison que : nous ne parlons pas espagnols ! Et encore moins pour des mots techniques comme “moyeu”, ou “fusĂ©e”, etc
 

Je crois que c’est le moment de se montrer fort, et patients, ouverts aux possibilitĂ©s, et de demander Ă  l’univers de nous venir en aide ! MĂȘme si c’est trĂšs frustrant. 

Nous partons sur l’option de rester en Espagne. 

Nous choisissons
 Le challenge et non la sĂ©curitĂ©. 

S’ensuivent de nombreux appels auprĂšs de garagistes Espagnols et de casses automobiles, notre discours se rĂŽde au fur et Ă  mesure, nous devenons de plus en plus bons, Ă  part pour l’accent cĂŽtĂ© Jim, qui a du mal avec les “r” roulĂ©s !

Finalement, je me prĂȘte au jeu, et j’apprĂ©cie de pouvoir pratiquer l’Espagnol Ă  nouveau, mĂȘme si on est du vocabulaire technique ! 

Nous verrons bien, pour l’instant, pas de rĂ©sultats positifs. 

Jour 5 – 13/05 : La banane d’or. 

Halelujah ! Jim a rĂ©ussi Ă  trouver un site internet qui rĂ©pertorie la piĂšce manquante dont nous avons besoin ! Nous pouvons dĂ©jĂ  la commander, et l’envoyer Ă  un garagiste que nous avons dĂ©nichĂ© via What’s ap ! Il semblerait que ce soit le moyen de communication privilĂ©giĂ© en Espagne, tout le monde y communique ! Ce qui rend les Ă©changes beaucoup plus fluides pour nous, car nous n’avons pas Ă  traduire en direct ! Le garagiste est Ă  une heure de route, Ă  Balaguer, ce qui n’est vraiment pas loin pour Bill ! 

Du coup, pour cĂ©lĂ©brer cela, nous nous rendons dans le village d’Organya et mangeons dans un petit restaurant traditionnel. 

Paella in Spain

Au menu pour 13 euros : Paella, ragoĂ»t de veau aux champignons pour moi et des cĂŽtes de porc pour Jim. L’anecdote du jour : je demande les desserts (“postres”) Ă  la serveuse, et je comprends Ă  moitiĂ© les choix qui y sont prĂ©sentĂ©s, j’entends tout Ă  coup le mot “banana”, donc j’imagine qu’il s’agit d’une salade de fruits, parfait pour venir rafraĂźchir un peu toute cette viande ingurgitĂ©e ! Je lui fais signe que c’est ok pour moi. 

RĂ©sultat des courses : je me retrouve avec une banane apportĂ©e sur un plateau s’il vous plaĂźt, accompagnĂ©e de sa fourchette et de son couteau ! Magnifique ! Cela nous vaut un fou rire avec Jim. 

Banana dessert Spain

La suite de la journée se solde en une séance de yoga, du ménage, et de la lecture. 

Pour le soir, nous nous faisons des patates douces avec le four spĂ©cialement amĂ©nagĂ© pour van ! C’est extra, honnĂȘtement, je n’aurais pas survĂ©cu sans four pour pouvoir continuer Ă  cuisiner des petites tartes, quiches, etc
 

Jour 6 : 14/05 Le melon du Brexit. 

Jour du départ. Nous décidons de nous rendre en direction de Balaguer, ou nous devons recevoir la piÚce chez le garagiste. Nous avons tout notre temps puisque la piÚce arrivera seulement mardi prochain. 

Avant de partir d’Organya, un couple d’anglais, du pays de Galles plus prĂ©cisĂ©ment, est arrivĂ© et nous avons pu Ă©changer un peu avec eux. Ils ont vendu leur maison pour pouvoir vivre dans leur camping car Ă  plein temps et parcourir l’Europe ! Leur camping car Ă©tait immense. Ils Ă©taient trĂšs gentils et nous ont fait part de leurs inquiĂ©tudes par rapport au Brexit et de leurs frustrations, car cela les oblige Ă  faire beaucoup de dĂ©marches administratives, pour ceux qui ne vivent pas en Angleterre notamment. C’était leurs cas, cela faisait 20 ans qu’ils vivaient en France en Bretagne. Quelle bĂȘtise ce Brexit
 

Nous nous arrĂȘtons Ă  Ponts, pour faire quelques courses, et nous trouvons un spot pour la nuit de vendredi soir, Ă  cĂŽtĂ© d’un lac, prĂšs du Barage de la ville. 

Melon et mozarella pour ce soir : si simple, mais si bon ! 

Nous testons aussi notre douche solaire, il fait un peu froid dehors, mais c’est si agrĂ©able de prendre sa douche, nu, dans la nature ! Ahah, une vraie sensation de libertĂ© ! 

Nous sommes prĂȘts Ă  vivre de nouvelles aventures
 

À bientĂŽt pour la suite !Â đŸ„°

Image par défaut
Elodie
Publications: 6
0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
1 Comment
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
ALAIN BRASSIER

Cc Elodie Jim
Super votre récit ,il ya quelque Année j ai fait l espagne à moto jusqu a Gibraltar Alicante Alambra de Grena de ,Traverser du fameux désert decor de western, Malaga en camping Super de belle rencontre en perpective ,moi aussi hémisphére gauche Bisous A+
Et bien rentƕe de Corse 1600 kms dont pas mal de virolots

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x